La Volonté Bretonne du 20 décembre 1938

La Volonté Bretonne était l’organe régional du PSF, le Parti Social Français présidé par le colonel de La Rocque, et tirait à 25.000 exemplaires.

A la une : discours du colonel de La Rocque à Josselin le 11 décembre 1938.

La Volonte Bretonne 20 decembre 1938 p1

Et sur 7 colonnes en bas de page 5, cet article signé J.-E. MANUEL :

« un des plus redoutables problèmes du jour : le problème Juif. Car ce n’est pas un mythe ; en dépit des protestations généreuses, des proclamations humanitaires, il existe une âme juive, un fait juif, un péril juif. Le parti social français, à maintes reprises affirma sa répugnance à l’antisémitisme. Je sais bien des gens que cette attitude a surpris, indignés. On n’a voulu voir là qu’un maintien d’occasion, une prime à la démagogie, une abdication temporaire, un marché commercial. On a douté de notre sincérité et certains esprits cultivés ont ressenti quelque malaise à nous voir éluder une difficulté menaçante. Se réfugier dans la neutralité n’est pas en effet résoudre : objection spécieuse qui prétend nous confondre en opposant nos sentiments intimes à nos paroles. Je conçois mieux que personne le trouble et l’inquiétude qui peuvent envahir les âmes, les ayant éprouvés moi-même. Veux-t-on connaître maintenant notre position exacte ? Elle se définit comme toujours en quelques propositions simples.
Il existe, ai-je dit, « une âme juive, un fait juif, un péril juif ». Fou qui ne veut pas s’en rendre compte. Le juif ne s’assimile jamais complètement à sa race adoptive. Dans le pays qui l’a vu naître et dont il reste le parasite, il conserve l’autonomie absolue de son intelligence orientale. Aidé par une morale étrangère à la nôtre, enrichi d’un esprit souple, flottant, subtil, extensible à merci, faux dans son jugement, mais enveloppant, raisonneur, déroutant, il s’insinue sans peine et sait de paradoxes en contre-vérités, d’images en syllogismes semer le désordre et la confusion dans l’âme des peuples occidentaux. celtes, celto-lalins et germains, trop sensibles ou trop naïfs pour déceler l’imposture. Cette infiltration corruptrice et dissolvante, cette démolition systématique de toutes les notions d’équilibre et de vérité, le juif la désire d’ailleurs et la poursuit avec un fanatisme proche parent de l’obsession. Cela constitue le fait, c’est-à-dire une sorte d’impérialisme spirituel, intransigeant et provoquant, une volonté hardie d’imposer sur les ruines du monde un règne inplacable.
psf-la-volontc3a9-bretonne-20-dc3a9cembre-1938-l-israelite-extrait.jpg
[sic]

Qu’on me comprenne bien. Je n’incrimine pas l’individu en particulier; je ne considère pas tel juif isolé comme pénétré à fond de sa mission conquérante et destructrice. Ce serait absurde. Je dénonce simplement un climat psychologique d’ordre précaire et souvent inconscient. Il ne faut pas oublier que les juifs demeurent « le peuple maudit », qu’ils ont connu à travers les siècles les heures les plus tragiques, qu’ils vivent sous la hantise de la persécution, dans un état de susceptibilité exacerbée et farouche, que par suite, la haine de l’étranger se transmet chez eux de père en fils, comme un dépôt sacré où s’alimente le désir de vengeance. De là le péril: une nation qui peu à peu se laisse envahir par les juifs, qui leur abandonne un à un ses organismes, ses institutions, qui leur ouvre sans restriction l’accès anx professions libérales, aux dignités d’état, un tel pays ressemble à un malade, gagné par une paralysie lente et dont les centres nerveux progressivement sont conquis par un poison virulent.
C’est aujourd’hui le sort de la France. Or il est une constatation affligeante: combien d’hommes chez nous ont une opinion éclairée sur la question? Je ne crois pas en avoir rencontré jusqu’ici plus de deux ou trois, toute politique mise à part. Pourtant il est des choses que chacun devrait savoir. Trop longtemps notre peuple s’est abandonné à une facile torpeur. Trop longtemps la Bretagne n’a été qu’un réservoir à mercenaires où les malins puisaient sans vergogne. Un réveil s’impose, mais un réveil de sang-froid, calme, placide eit résolu. Je sais d’ailleurs le danger qu’il y a à dévoiler certaines menaces. A débuts innocents, souvent suites dangereuses. Malheur à ceux qui déchaînent les passions populaires; bientôt débordés, ils n’ont d’autres ressources que de pleurer des excès qu’ils n’avaient pas voulu. Aussi bien ne s’agit-il que d’éclairer des intelligences, de les mettre face à la réalité, non de les pousser à des solutions sommaires, que nul n’a qualité de chercher si ce n’est les lois. »

[à suivre…]

Nous en sommes à 3,5 colonnes sur 7.

 
 
P.S., commentaire publié sur le blog du Nouvel Obs :
Et le beauf éduqué jésuite (et délateur anonyme) qui fait le parallèle entre ce type de journal politique et Charlie Hebdo pour ses "attaques", selon lui, contre le communauté musulmane !!! Alors quand je dis que ce mec est une crevure, j’assume.

 
 
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s