Les deux « trackbacks » qui auraient choqué Bruno de La Rocque

Suite de l’article "Traces de l’ignoble « crétinos obsédé par caquedrole »"

 

« Là-dessus vous êtes venu je ne sais plus quoi dire ironiquement qui m’a choqué et j’ai cliqué modérateur (et l’ai indiqué à Vlad, ce qui vous a ravi pour pouvoir inventer je ne sais quelle histoire). »

C’est donc l’explication d’Orcerolles (autre pseudo de Bruno de La Rocque) dans « un échange de commentaires » qu’on peut lire à cette adresse :
"Nouveau pschitt"

Selon les traces retrouvées sur le blog de Bruno de La Rocque :
"Traces de l’ignoble « crétinos obsédé par caquedrole »"

il s’agirait de deux "trackbacks", le premier du 27/08/2013 et le second du 28/08/2013, deux articles qui pointaient sur l’article de Bruno de La Rocque :
"Un regard clair, une parole lucide. Tulle… vint ans à peine après Buchenwald."

Je recopie ces deux articles ci-dessous. On peut constater que ces articles dont le second explicatif, ne donnaient aucune justification à la délation et encore moins à la moquerie de Bruno de La Rocque sur l’oncle de l’auteur de ces deux articles,

Caquedrole-Buchenwald-commentaire
une bonne blague sous la forme de cette question :

« Ah bon : Elie Denoix de St Marc serait votre oncle ?
(…) »

une moquerie rappelée ici :
"Rire rocquailleux ou rire gras ?"

 
 
27/08/2013
Buchenwald ? oui et alors ?

À Buchenwald, Hélie Denoix de Saint-Marc a dû y apprendre l’allemand : c’était une obligation pour pouvoir écrire à sa famille, la preuve :

 

buchenwald-carte.jpg

 

« Briefe dürfen nur in deutscher Sprache abgesandt worden. »

 
 
28/08/2013
Quand la malentendance devient abjection

« au nom du peuple français qui au départ a toujours été consentant »

Écrit par : caquedrole | 28/08/2013

Caquedrole était déjà bien dégueu quand il parlait du juif « grand résistant devant le pantalon » et de « pantalonnade »(*) parce que ledit juif était de plus un métèque :
"Pantalonnade, 3ème volet du triptyque caquedrolien"
mais un métèque étoilé : "Le métèque de la pantalonnade".

Il devient abject en demandant la censure de la photo d’une carte postale adressée à sa soeur par un résistant, arrêté et déporté à Buchewald, mort pour la France :
"Buchenwald ? oui et alors ?"

Voici son commentaire :

« Mes lecteurs voudront bien m’excuser car s’est inscrit au-dessus des commentaires un "trackback" dont le texte, qui peut choquer, montre que l’ignoble peut se substituer à la perversité. Il s’agit de propos d’un blogueur habitué à dire n’importe quoi sur nombre de blogueurs et commentateurs du site, mais dont Caquedrole est, depuis trois ans, la cible cependant privilégiée, agrémentée de nombre de surnoms.

J’ai donc alerté la modération du site comme suit :

Titre de l’alerte : Harcèlement et propos de mauvais goût

Explication : Il viole la charte des blogs par mise en cause personnelle d’un blogueur. Et il dénature et abaisse le ton d’un propos lié à un décès et à l’honneur d’un mort. »

Car quand Caquedrole écrit ce billet : " Que de perte de temps !…", lui ne harcèle pas, lui n’est pas de mauvais goût, lui ne met pas en cause un blogueur en dénaturant et abaissant le ton d’un propos lié à un décès et à l’honneur d’un mort (résistant déporté à Buchenwald et mort pour la France) ?

Et pour comprendre, c’est ici :
"L’abou du pantalon qui caque au vent"

un article systématiquement refoulé (encore ce matin) par la PAF : "La PAF joue ses gammes".

 
Et Caquedrole ne peut pas plaider (comme souvent) que c’était à l’insu de son plein grè, puisqu’il expliquait chez Clairaux où son abjection se dévoila :

« Je redécouvre ces échanges et ce qui s’est dit (écrit en fait) depuis le 23. (…) »

Écrit par : caquedrole | 27/07/2012

 
La grosse artillerie a donc débusqué la vraie nature infectieuse d’un drôle de nombril de la nobserverie, et pourtant vénéré.

 
(*) "pantalonnade" : bon mot inventé par Caquedrole, une gogues-nardise pour gourmet, pour nommer le « baissez votre pantalon » des nazis et des flics français à leur bottes qui vérifiaient la religion du raflé.
Caquedrole ne peut pas dire qu’il ne savait pas : "La pantalonnade n’est pas la percitude"

 
 
 

Publicités

Une réflexion sur “Les deux « trackbacks » qui auraient choqué Bruno de La Rocque

  1. Pingback: Bruno de La Rocque enfume mais n’explique pas | Le blog de La Rocquaille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s